zinfosmoris.com
[La Mauricienne] Budget Day : comme un goût "diriz chauffé" !

12/06/2019

La cuisine nous a habitué à mieux, faute de grand chef, on récolte des miettes. Lady Kobita Jugnauth :" Mwa mo pa koné ki pu éna dans Budget la, mé mo éna full kofians dans so bann intention".

La Mauricienne a regardé pour vous le long discours soporifique du petit Pravind qui était aussi pressé que son metro/tram sur les rails concernant son dernier Budget 2019-2020.

A moins d'être sous psychotropes, La Mauricienne a eu l'impression d'entendre le Budget de l'année, de l'année dernière. Le rejeton à papa ne s'est pas foulé. Un petit copier-coller, de la poudre de perlimpinpin et des mesures d'illusionniste. Et le tour est joué.

Son épouse a d'ailleurs affirmé à la fin du discours : "Pravind Jugnauth a agi comme un magicien ". Ce qui ne devrait peut-être pas plaire à l'ancien ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo planqué dans une retraite spirituelle qui ne semble jamais prendre fin, qui savait lui transformer des prêts en or. 

Lady Kobita Jugnauth nous a également fait dans le recyclage, en nous offrant le même refrain que l'année dernière, d'un air effarouché et minaudant face caméra: " Mwa mo pa koné ki pu éna dans Budget la, mé mo éna full kofians dans so bann intention." 

Sauf que l'année dernière elle avait balancé en plus "Je ne l'ai pas du tout aidé. J'étais dans la cuisine (rire). Pravind Jugnauth est serein et confiant". 

Buget Day 

Ils étaient tous au rendez-vous, même ceux qui sont rattrapés par des affaires judiciaires tout comme les journalistes surexcités et endimanchés pour la circonstance. Dans leurs petits habits d'apparat faisant les zouaves en mode selfie, dans un tourbillon d'égocentrisme déconcertant. 

Puis sous les flashs des photographes, le défilé des parlementaires dont le ministre mentor et un Pravind Jugnauth tout émoustiller et ultra maquiller pour la circonstance flanqués de deux petits soldats de l'ombre : Sarah Rawat-Currimjee et Ken Arian.  Le "gang" du couple Jugnauth. 

Une séance photos puis le grand oral. La Mauricienne vous propose le "Best Of" des mesures budgétaires. On laissera aux experts, économistes, journaliste de salon et gratte papiers professionnels le plaisir d'analyser le tout, jusqu'au prochain scandale.

- Si la baisse de 10 sous sur le pain maison dit pain "macatia" avait marqué les esprits, cette année c'est le vermicelle, toukmaria, sagoo, les grains de lin, de l’applam et les graines de moutarde et de sésame qui seront exemptés de TVA. Ce qui fait dire à certains que "manzé 7 cari" zis dan mariaz pas tou lé zours ki boire toukmaria ek sagoo ! 

Energies renouvelables  
- Ferme photovoltaïque. Le CEB devait investir dans le précédent budget sur deux ans dans le battery storage. Cette fois-ci, c'est une ferme photovoltaïque qui s’implantera dans les environs de l’aéroport de Plaisance. Quand on sait que la cour des comptes avait révélé le contrat très controversé des panneaux solaires et photovoltaïques d'un député businessman et de son partenaire réunionnais Bruno Cohen. On se régale d'avance pour connaitre les heureux bénéficiaires de cette machine à fric.   

Cette fois-ci pas de panneaux solaires fournis pour les foyers à bas revenus sur les maisons construites par la NHDC mais de l'internet pour 11000 familles, inscrites au Social Register of Mauritius, ce qui réduira la "fracture numérique". Cette mesure sera financée conjointement par le gouvernement et Mauritius Telecom. Reste à savoir, si la priorité de ces familles c'est d'avoir des ordinateurs ou des tablettes chez eux. Et si ils en ont !

-  A la pelle, des terrains de jeux pour les enfants, éclairage des rues et des parcs récréatifs au niveau national, en somme des mesures bouches trous car il suffirait tout simplement de rénover ou réhabiliter les espaces sportifs existants. Quand le Premier ministre, ministre des Finances invente la construction d’un « multi purpose complex » qui a déjà été construit et déjà inauguré à Petit-Raffray. On se dit que sa conseillère sportive, Sarah Rawat Currimjee qui est payée grassement, à force, finira par le faire chuter lourdement dans les sondages si ce n'est en tyrolienne !

- Améliorer la distribution d’eau et la construction de drains. Un marronnier des promesses électorales. Puisque dans certaines régions l'eau ne coule pas H24 sauf pour les établissements hôteliers et leurs terrains de golf.   

- Une unité de transplantation rénale sera introduite à l’hôpital Nehru. Si l'intention est louable qu'en est-il des appareils défectueux, en panne ou en cours de réparation concernant les dialysés ? 

On nous promet de nouveaux hôpitaux, mais est-on prêt à de nouveau faire des opérations "tale la main" avec l'Inde ou l'Arabie ?

Pour conclure ce Budget 2019-2020 sans grande consistance, sans saveur particulière si ce n'est comme un goût "diriz chauffé" quand on ne sait pas quoi cuire pour rassasier une grosse faim.

On regrette presque Shakeel Mohamed, chef de fil du Parti travailliste et tête brûlée notoire, habitué des walks out et autres singeries au sein de l'Assemblée qui avait failli créer un événement sans précédent en exigeant l'année dernière pour l'iftar, la rupture du jeûne 15 minutes supplémentaires et moins...de bruits.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :