zinfosmoris.com
Elections "truquées" : Le leader du Reform Party, Roshi Bhadain fait des révélations

14/01/2020

Le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, a fait une demande de revue judiciaire ce matin en Cour suprême, contestant les résultats des dernières élections générales.

Dans sa plainte, l’ex ministre de la Bonne gouvernance met en cause l’Electoral Supervisory Commission et le bureau de la commission électorale.

Roshi Bhadain révèle que la State Informatics Ltd, engagée par la commission électorale, et qui est chargée d’entrer le nombre de votes dans système informatique, a à sa tête, un membre du MSM, Pratabsing Bacorisen, nommé par le gouvernement de l’Alliance Lepep.

Roshi Bhadain a fait état des milliers de personnes qui n’ont pu voter et des erreurs ou manipulations dans le décompte des votes dans plusieurs circonscriptions. Il est revenu sur les promesses d’augmenter la pension de vieillesse et de rembourser les clients de Super Cash Back Gold, qu’il qualifie promesses électorales.

Selon Roshi Badhain, autre fait contestable, Shamila Sonah-Ori, qui était l’un des parrains de Pravind Jugnauth, n’habite pas la circonscription numéro 8.

Dans le document, le leader du Reform Party rappelle que selon les Regulations 2 et 12(1) du Nomination Paper, un parrain doit habiter la circonscription dans laquelle son candidat est aligné. Or, l’adresse de Shamila Sonah-Ori sur le Nomination Paper, est à Sodnac, Quatre Bornes, soit la circonscription numéro 18. Pravind Jugnauth, rappelons-le, a brigué les suffrages au numéro 8. 

Selon Roshi Bhadain, les officiers de l’Electoral Supervisory Commission n’auraient pas dû accepter le dépôt de candidature de Pravind Jugnauth. Le leader du Reform Party revient sur le fait que les officiers de l’ESC aient refusé d’enregistrer un de ses candidats au numéro 20 alors que son parrain habitait la circonscription mais qu’il votait au numéro 15.

Rappelons que les 12 pétitions électorales, déposées par les dix candidats battus et deux électeurs, ont été présentées hier, lundi 13 janvier, devant le chef juge Eddy Balancy. Les pétitionnaires contestent les résultats des élections législatives de 2019 dans dix circonscriptions du pays. L’affaire a été renvoyée au 27 janvier. 

 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :